La génèse d'un diamant

Les mines de diamants bruts

Les diamants sont extraits de mines se trouvant pour la plupart en Afrique (Botswana, Afrique du Sud, Congo, Angola, Nambie,) mais également au Brésil, au Canada, en Chine, en Inde et en Russie.

L’étude  et l'analyse du diamant brut

Lorsqu'il arrive dans l'atelier du tailleur, le diamant brut ressemble à un gros caillou. Dépourvu de tout éclat, il subit une analyse minutieuse avant d’être taillé avec patience et savoir-faire pour pouvoir être serti sur un bijou. Lors de cette étape, le tailleur de diamant analyse d’abord les inclusions présentes dans la gemme brute et réalise ce qu’on appelle le “diamond planning”, un plan qui lui permettra de tailler la gemme pour en sortir un diamant taillé le plus gros possible. Il faut également que la pierre taillée réponde à la demande du marché pour être rapidement vendue et éviter l’immobilisation de la marchandise. Les maisons joaillières font enfin appel à cet artisan hors du commun pour réaliser une commande spéciale ou pour des ajustements divers des proportions. Ce métier s'exerce dans de petits ateliers indépendants, le plus souvent installés dans des villes où le commerce de pierres précieuses bat son plein comme Anvers en Belgique, capitale européenne du diamant.

De la pierre brute au joyau aux proportions parfaites

La taille du diamant est extrêmement difficile et elle nécessite des outils très performants ainsi qu’un oeil affûté, des doigts de fée, et une connaissance parfaite du diamant. C'est avec un outil spécifique appelé une meule diamantée, que l'artisan procède d'abord au clivage qui dégrossit les facettes. Il fait ainsi apparaître les quatre parties qui composent traditionnellement une pierre travaillée : la table sur le dessus, la couronne et le rondiste puis, dans la partie inférieure taillée en pointe, la culasse. L'éclat de la pierre provient de l'harmonie entre ses différentes parties, et notamment du rapport entre les proportions globales et le diamètre du diamant. Pour mesurer les dimensions de la pierre, l'artisan utilise un proportionscope, qui lui sert à établir la qualité de la taille. Cette outil est aujourd’hui réalisé d’un scanner 3D.

Le tailleur procède ensuite à l'ébrutage, une étape qui consiste à régulariser les facettes et la table de taille. Enfin, vient le polissage afin d'éliminer les petites imperfections restantes. Depuis quelques années, d'autres techniques moins artisanales entrent également en jeu dans le processus de taille d’une pierre brute. L'outil informatique a fait son apparition dans les ateliers, et les diamantaires tailleurs utilisent de plus en plus de logiciels de modélisation pour les aider dans leur travail d’analyse de la pierre.

C'est à Anvers, haut lieu mondial de la joaillerie, que l'on trouve le plus de tailleurs, dont les compétences, l'expérience, les capacités d'analyse et les outils de pointe sont reconnus partout dans le monde. Plus de 80% des diamants bruts y sont taillés. Ainsi, la minutie, la précision mais également un grand sens des proportions, une rigueur et une forte capacité à se concentrer sont indispensables pour faire d'une pierre brute une gemme scintillante. Le métier de tailleur diamantaire a tendance à s'industrialiser de plus en plus et de véritables usines ont vu le jour en Israël et en Inde principalement, où les ouvriers travaillent à la chaîne, aidés par des outils sophistiqués.
Cependant, le savoir-faire et la rigueur des tailleurs européens restent les plus recherchés, en raison de leur longue expérience (le métier s’exerce traditionnellement de génération en génération), leur sens des proportions et leur habilité exceptionnelle. C’est pourquoi la majorité des pierres de plus de 1 carat sont taillées à Anvers. Le métier de tailleur de diamant est fait de rigueur et de précision, d'une capacité d'analyse et d'une grande dextérité manuelle. C'est de la qualité du travail de l'artisan dont dépendent le brillant et la beauté d'un diamant et donc d'un bijou que l'on aura plaisir à porter tout au long de sa vie.